Traçage par les associations dans le cadre du COVID-19

Salut à toutes et à tous,

Je suis bénévole dans une association sportive; dans le cadre de la reprise d’activité et de la prévention des risques liée au coronavirus, on nous demande de noter tout les usagers présents lors des séances.

Ça me gêne a plus d’un titre. Bien qu’il y est un potentiel de traçage de groupe sociaux et de risque de fuite de données médicales, aucun outil n’a été suggéré, aucun guide n’a été fournit, et la sensibilité de ces données n’a même pas été énoncé.

Je pense fournir au moins un guide à destination des associations sportives pour souligner la sensibilité de ces données, et suggérer des bonnes pratiques. À ce titre, je pense me rendre à l’événement suggérer :

Cependant, si t’as des ilées de pratiques, d’outils, ou d’exemples pour sensibiliser les gens dans ce guide, c’est bienvenue. Il y avait eu un début de réflexion dans les squat :

Un cahier d’émargement (ou feuille mise dans un classeur) peut il suffire ?
Au vu de la finalité, je pense que ce serait suffisant et sécurisé. Pas besoin d’outils numériques.

Typiquement sous forme de tableaux par groupe, avec le nom des personnes sur la première colonne et une colonne par séance.

De cette façon, il est facile de retracer les potentielles contamination en cas de besoin.

Alors oui, sauf lourds dispositifs, la surface d’exposition du papier et très faibles, mais pas nul.
Et l’accès et lui plus que ouvert : écrire dedans permet de lire sans même le vouloir.

Je pense utiliser un cahier, avec une feuille pour masquer les entrées précédentes, inciter à l’utilisation d’adresse email sous pseudonyme

ou chacun met son contact sur un petit papier et le met dans une boite aux lettres :smiley:
Mais ça devient effectivement plus lourd comme dispositif

J’y ai pensé. En vrai une enveloppe par séance, cachetée, pour peu qu’on prépare des coupons c’est pas mal, et ça prend pas plus de place qu’un carnet.

Là je suis partit sur les carnets les plus petits possible, en encourageant à utiliser un email le moins lié à son nom, et demandant à chacun et chacune avec un correcteur à ruban. Il suffit de gratter pour retrouver l’adresse.

Je pense changer pour le système des enveloppes. En effet je maintient qu’une appli web (ou une adresse email de signalement) pour avoir un meilleur niveau de sécurité en distribuant des étiquettes avec une adresse web et un code (lisible par un être humain) identifiant la séance. Les usagères et usagers pourraient alors enregistrer un email anonymement, et signaler leur contamination via l’identifiant.

Ça serait possible de stocker ces adresse email comme les mots de passes : en combinant l’identifiant et le mot de passe pour le stocker en chiffré.