Ayez confiance

L’inde manipule les tendances sur les réseaux sociaux via Tek Fog

Un phénomène qui n’est pas limité à l’Inde : une étude de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), menée entre juin 2015 et septembre 2019, a révélé que «20% des 10 plus grandes “tendances” de Twitter dans le monde sont orchestrées» par plus d’une centaine de milliers de comptes automatisés, appelés «bot». Ce chiffre s’élevait à 47% en Turquie.

Un article publié dans le Monde Diplo de ce mois-ci au sujet d’un outil utilisé dans les établissements scolaires français : Pronote. Il n’est pas question directement de surveillance, mais des dynamiques similaires semblent agir sur les élèves.
Dans les lycées et les collèges, la vie scolaire sous Pronote, par Lucie Tourette (Le Monde diplomatique, janvier 2022).pdf (94,3 Ko)

3 « J'aime »

Luca, l’appli anti-Covid qui plaît un peu trop à la police allemande

Après la chute mortelle d’un homme devant un bar de Mayence en novembre dernier, la police allemande a franchi une ligne rouge : elle a récupéré les informations personnelles de vingt et un possibles témoins via l’application Luca, utilisée au départ pour identifier les cas contacts et les personnes positives au Covid-19.

Le gouvernement UK a embauché une agence de publicité pour mobiliser l’opinion publique contre les communications chiffrées

Le gouvernement britannique ne veut pas que Facebook déploie le chiffrement de bout en bout sur son application Messenger. Pour se faire, avec 534 000 £ (639 432 Є), il a loué les services d’une agence en publicité qui propose de déployer de grands moyens afin de mobiliser l’opinion publique contre la décision de Facebook et d’influencer directement Mark Zuckerberg afin de « forcer Facebook à évaluer son sens des responsabilités ». L’action la plus frappante et la plus troublante est celle-ci : dans l’espace public, un adulte et un enfant (deux acteurs) dans une boîte en verre, l’adulte regardant « de façon prononcée » l’enfant tandis que le verre, qui est au départ transparent, devient noir ; l’objectif est de mettre le public « mal à l’aise » étant donné qu’il ne sait pas ce qui se passe entre l’adulte et l’enfant. Bien entendu, il n’est pas question de laisser savoir que c’est une initiative du gouvernement : elle sera présentée au public comme émanant d’organisations caritatives pour enfants, tout en minimisant tout rôle du gouvernement. « La campagne alarmiste du ministère de l’Intérieur est aussi malhonnête que dangereuse », estime Robin Wilton, directeur d’Internet Trust à l’Internet Society.

Europol se fait épingler pour stockage illégal de données d’enquêtes de police

C’est un séisme pour les polices de l’Union européenne. Comme le révélait le quotidien britannique The Guardian, l’équivalent européen de la Cnil, le European Data Protection Supervisor (EDPS), a annoncé ce lundi 10 janvier 2022avoir ordonné à Europol de supprimer un large éventail de données que l’agence de police européenne a amassé en dehors de tout cadre légal. Un constat qui interroge également sur le cadre des collectes de données réalisées par les polices du vieux continent.

On parle ici de 4 pétaoctets, soit 4 000 000 de gigaoctets ou encore 3 millions de CD-Roms. C’est l’ampleur des données qu’Europol possède selon un document interne obtenu par le Guardian. Un volume astronomique qui pousse les défenseurs des libertés individuelles et de la protection de nos données à parler d’Europol comme d’une National Security Agency (NSA) en devenir.

Emmanuel Macron, cinq années de surveillance et de censure

A l’approche de l’élection présidentielle, nous revenons sur le bilan en matière de surveillance et de censure d’Emmanuel Macron, de son gouvernement et de sa majorité à l’Assemblée nationale.

Détailler le nombre impressionnant de textes législatifs ou réglementaires qui leurs sont dus et qui ont accentué la censure et la surveillance est un exercice sinistre. Il est néanmoins révélateur du monde fantasmé par les personnes au pouvoir et dans lequel elles veulent nous précipiter : un État et une police tout-puissants, ivres du pouvoir que leur promettent les nouvelles technologies, se plaçant au-dessus de la justice et de la contestation populaire et travaillant main dans la main avec une poignée d’entreprises sécuritaires pour surveiller et censurer tout et tout le temps.

1 « J'aime »

Sur le même sujet : TOUS SURVEILLÉS ET PUNIS : NOS LIBERTÉS EN DANGER : Anne-Sophie Simpère et Pierre Januel à propos de leur livre « Comment l’Etat s’attaque à nos libertés ».

1 « J'aime »

Des exemples de pourquoi tout centraliser c’est risqué : PayPal, Microsoft, Intel, EA… : l’hémorragie de la tech s’étend en Russie

Hello,
C’est un peu hors-sujet, encore que…
Vous avez entendu parler du Digital Marketing Act ? Il cible toutes les plateformes qui répondent aux critères suivants : d’une part, dans les trois dernières années, soit réaliser un chiffre d’affaires annuel d’au moins 7,5 milliards d’euros au sein de l’Union européenne (UE), soit avoir une valorisation boursière d’au moins 75 milliards d’euros. De plus, elle doit compter au moins 45 millions d’utilisateurs finaux mensuels et au moins 10 000 utilisateurs professionnels établis dans l’UE.

Il oblige ces industriels à un certain nombre de mesure pour respecter la concurrence (oui oui il faut respecter la concurrence) et assurer l’intéropérabilité des services (dont messagerie, ce qui rendrait les bridges inutiles à terme) à partir de fin-2022. À voir comment ce sera mis en oeuvre mais ça peut ouvrir des brèches assez intéressantes pour le logiciel libre, notamment sur iOS… hâte d’en savoir plus !

https://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-le-conseil-et-le-parlement-europeen-s-accordent-sur-le-digital-markets-act-86245.html

Ça semble intéressant, surtout que les sanctions potentielles sont assez impressionnantes : jusqu’à 10% du CA mondial, et même 20% en cas de récidive !! J’ai du mal à croire que ça puisse arriver mais y a de quoi faire flipper le service juridique des mastodontes…

Si c’est appliqué de la même façon que le RGPD les GAFAM n’ont aucun soucis à se faire…

1 « J'aime »

Je dirais plutôt que ça pourrait rendre toute action contre les bridges illégale. A moins que le législateur mette carrément son nez dans la technique et rende par exemple obligatoire l’utilisation d’un protocole commun (Matrix?). Ce serait encore plus stylé et rendrait l’interopérabilité complète:

  • support du chiffrement de bout-en-bout entre différents réseaux
  • mise-en-place de passerelles « natives » entre réseaux comme ce que font matrix.org et libera.chat
1 « J'aime »

C’est pas non plus le même scope aussi, le RGPD concerne toutes les structures, quelque soit leur échelle. Là on parle de quelques multinationales. Ensuite en vrai je suis d’accord qu’y a tout à fait moyen qu’il y aie déjà une stratégie de contournement, de renversement ou une backdoor juridique déjà prévue… Lets see !

En attendant c’est clair que les bridges restent super précieux à avoir sous la main !!

L’UE se prépare à construire un énorme système international de reconnaissance faciale

Les documents Prüm II, datés d’avril 2021, lorsque les plans ont été discutés pour la première fois, montrent le grand nombre de photos de visage que les pays détiennent. La Hongrie compte 30 millions de photos, l’Italie 17 millions, la France 6 millions et l’Allemagne 5,5 millions, selon les documents. Ces images peuvent inclure des suspects, des personnes reconnues coupables de crimes, des demandeurs d’asile et des « cadavres non identifiés », et elles proviennent de plusieurs sources dans chaque pays.

=> Donc l’UE va se servir de cet outils pour faire la chasse aux migrant⋅es… On peut aussi se demander si la Hongrie utilisera ce système pour appliquer sa loi contre la promotion de l’homosexualité.

2 « J'aime »

Le scandale néerlandais est un avertissement pour l’Europe sur les risques liés à l’utilisation des algorithmes

L’administration fiscale néerlandaise a ruiné des milliers de vies après avoir utilisé un algorithme pour repérer des soupçons de fraude aux prestations sociales et les critiques disent que rien n’empêche que cela se reproduise. En effet, l’autorité néerlandaise chargée des données personnelles (Autoriteit Persoonsgegevens, AP) a infligé une amende de 3,7 millions d’euros à l’administration fiscale et douanière en raison du traitement illégal de données à caractère personnel dans le système de notification des fraudes (FSV) pendant des années.

Le crédit social en Europe: expérimentation du crédit social à Rome et projet à Bologne

Peu de temps après Rome, la commune de Bologne, en Italie, a annoncé qu’elle allait mettre en place un système de points numériques qui récompenseront les citoyens pour leurs bonnes actions, rapporte le Corriere di Bologna.

1 « J'aime »

Cliquer sur « Continuer sans accepter » ne suffit pas pour refuser l’intérêt légitime de partager des données avec des publicitaires

Traduction : Si vous cliquez simplement sur « Continuer sans accepter », certaines sociétés adtech continueront de se baser sur l’intérêt légitime pour traiter vos données personnelles. Pour vous opposer à ces traitements basés sur des intérêts légitimes, vous devrez aller sur l’écran de paramétrage (option « Paramétrer vos choix »).

EDIT: avec la petite vidéo toute happy je suis sûr que vous aurez confiance :poop:

1 « J'aime »

Australie : Facebook accusé d’avoir délibérément bloqué des pages gouvernementales pour empêcher le vote d’une loi

En 2021, le réseau social a bloqué en Australie certaines pages d’information sur le Covid-19 ou les catastrophes naturelles. Censée être « involontaire », la manœuvre visait en réalité à peser sur l’élaboration d’une loi à laquelle Facebook était défavorable, selon le « Wall Street Journal ».

Les données de localisation des utilisateurs de Grindr étaient vendues aux enchères

Une enquête du Wall Street Journal révèle que les données de localisation de nombreux utilisateurs et utilisatrices de Grindr étaient vendues via des régies publicitaires. De 2017 à 2019 au minimum, l’application de rencontre dédiée aux homosexuels, bisexuels et transsexuels a mis à disposition les données de localisation de son public afin d’offrir aux annonceurs des annonces hyperlocalisées. Malheureusement, ces informations étaient aussi librement accessibles pour quiconque voulait mettre la main au portefeuille. En 2021, le recoupement de données Grindr avait par exemple permis d’identifier un prêtre de l’Église catholique, contraint de démissionner.

Communications numériques : la Commission de l’UE en passe de présenter son plan de surveillance de masse

La Commission de l’UE est en passe de présenter pour la première fois au public son projet de loi européen portant sur le contrôle obligatoire des contenus des communications numériques. La manœuvre est prévue pour le 11 mai de l’année en cours. La Commission veut obliger tous les fournisseurs de services de courrier électronique, de chat et de messagerie à rechercher les messages suspects de manière entièrement automatisée et à les transmettre à la police dans le cadre de la lutte contre la pédopornographie.

LA RECONNAISSANCE BIOMÉTRIQUE DANS L’ESPACE PUBLIC : 30 PROPOSITIONS POUR ÉCARTER LE RISQUE D’UNE SOCIÉTÉ DE SURVEILLANCE

En octobre 2020, la commission des lois du Sénat a créé en son sein une mission
d’information sur la reconnaissance faciale, une technologie qui se développe
rapidement grâce aux algorithmes d’apprentissage et polarise l’opinion publique
entre les tenants d’un moratoire portant sur toutes les technologies biométriques, qui
seraient par nature attentatoires aux libertés, et ceux qui mettent en exergue leurs
importants bénéfices potentiels.

Soyez rassuré.e.s, afin de faire barrage à la société de surveillance le rapport propose :

  • « La mission souhaite que les usages soient autorisés a priori. En cas d’utilisation par les
    forces de sécurité intérieure, l ’autorisation relèverait soit d’un magistrat, soit du
    préfet »
  • « le déploiement de systèmes de détection de colis abandonnés ou de
    mouvements suspects dans une foule sera nécessaire pour assurer la sécurité au
    moment des Jeux Olympiques de 2024 »
  • « S’agissant ensuite de l ’identification biométrique à distance en temps réel, les
    rapporteurs insistent sur leur volonté de lui conserver un caractère particulièrement
    exceptionnel.[…] en vue de sécuriser de grands évènements présentant une sensibilité particulière ou les sites particulièrement sensibles face à une éventuelle menace terroriste . La détection ne pourrait se faire que sur un périmètre géographique limité et pour une période précisément déterminée »
  • « Pour lever les obstacles à la recherche et au développement, les rapporteurs plaident
    également pour l’établissement d’un cadre juridique spécifique et adapté à cette
    activité. Cela se traduirait, dans le respect des garanties prévues par le RGPD, par des
    assouplissements des modalités pratiques de recueil du consentement ou bien par
    des mécanismes sécurisés de mise à disposition de données biométriques détenues par
    l’État aux seuls laboratoires de recherche publique. »

Personnellement, ce que je comprends c’est qu’on veut empêcher une société de surveillance sauf dans certains lieux, à certains moments décidés par les surveillants… et que ça ne mérite meme pas discussion…

Des milliers de sites Internet enregistrent les données des formulaires, avant même que le bouton « envoyer » ait été utilisé

Une nouvelle étude montre que, sur certains sites, s’abstenir de finaliser un formulaire ne garantit pas que vos données n’aient pas déjà été récupérées. Et ce, dans le but de proposer des publicités toujours plus personnalisées.

Affichage du nombre de personnes qui fraudent sur une ligne de bus de besançon

des silhouettes rouges ou vertes, visibles sur le tableau, symbolisent le nombre de « bons » ou de « mauvais » passagers répertoriés dans le bus.

A quand la photo des personnes concernées avec un bonnet d’âne ?